3 OBSTACLES AU DÉVELOPPEMENT DE NOS CAPACITÉS

Qu’est-ce qui empêche les gens de développer leurs dons et leurs talents ? Qu’est-ce qui les empêche de saisir le potentiel que Dieu leur a donné ? Les circonstances défavorables ? Les gens ?

Dans l’article intitulé « 4 stratégies pour développer vos dons ». J’ai insisté sur le fait, qu’il est de notre ressort et de notre responsabilité de développer ce que nous sommes et les dons que Dieu a déposé en nous. Personne ne peut le faire à notre place. Nous devons les découvrir, les développer et les déployer pour en retirer tous les bénéfices et pour en faire profiter les autres.

Mais voilà, les choses ne sont jamais faciles et nous nous retrouvons avec plein d’obstacles sur notre chemin. Sur notre chemin ? Oui, mais pas tout à fait, puisque plus que tout, les barrières sont davantage à l’intérieur qu’à l’extérieur de nous. Nous sommes parfois nos pires ennemis. Nous doutons de nous-mêmes. Nous succombons à nos pensées défaitistes. Nous nous remettons inlassablement en question en perdant ainsi de vue nos ambitions visées.

La parabole des talents que Jésus a racontée nous offre une illustration très judicieuse de ces obstacles.

Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonne où tu n’as pas semé, et qui amasse où tu n’as pas vanné; j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi. (Mat 25:24-25)

 1- Perception

Le serviteur dit à son maître : « Je savais que tu es un homme dur… » Vous remarquerez, à la lecture de cette parabole, que les 2 autres serviteurs n’ont pas eu la même impression. Aucune mention du caractère du maître. Pour nous qui sommes croyants, cela nous ramène à nos fausses perceptions de Dieu. On le ressent parfois comme un maître dur et cruel et cela influence notre relation avec lui, nos actions et le déroulement de notre vie. J’ai abondamment illustré et développé cette pensée dans la série « Faire la paix avec Dieu ». Le problème ne se situe pas du côté du maître, mais de ce 3e serviteur. Sa fausse perception l’empêche de faire fructifier ce que le maître lui a confié. Et vous ? Avez-vous déjà réalisé l’impact et l’effet de vos perceptions sur votre vie ? Sur vos relations ? Sur votre propre développement ?

2- La peur 

« J’ai eu peur… » s’exclama le serviteur. Les peurs sont à la fois réelles et imaginaires. Ce que nous éprouvons lorsque nos entrailles se serrent est bien réel. La source de nos peurs, plus que tout, est imaginaire : peur de l’échec sans avoir essayé. Peur de ce que les gens pourraient dire sans avoir rien entendu. Elles sont de ce fait principalement liées nos perceptions et nourries par notre imagination.

«Mes sentiments ne sont pas Dieu. Dieu est Dieu. Mes sentiments ne définissent pas la vérité. La Parole de Dieu définit la vérité. Mes sentiments sont les échos et les réponses à ce que mon esprit perçoit. Et parfois, à plusieurs reprises, mes sentiments ne sont pas synchronisés avec la vérité. Lorsque cela se produit – et il arrive tous les jours dans une certaine mesure – j’essaie de ne pas fausser la vérité pour justifier mes sentiments imparfaits, mais plutôt, je plaide avec Dieu: Purifier mes perceptions de ta vérité et. de transformer mes sentiments afin qu’ils soient en phase avec la vérité » John Piper

 3- La passivité

Lorsque l’on perçoit de façon déficiente et que nous succombons à la peur, bien évidemment nous n’osons plus bouger. La peur paralyse. Elle nous pousse à l’inaction. La meilleure façon de ne pas échouer, de ne rien tenter et de ne pas prendre de risque. Mais alors, toute la vie devient un échec parce que vivre, c’est risqué.

Prenez le temps de relire et de méditer la parabole des talents. Vous découvrirez les différences notoires entre les 2 premiers serviteurs et le troisième. Essayer de découvrir, dans votre propre expérience de vie, ce qui a alimenté vos propres perceptions de Dieu, de vous-mêmes. Sachez faire la différence entre Sa vérité (ce qu’Il dit) et votre propre « vérité », ce que vous pensez.

 

1 réponse
  1. Louise Villeneuve
    Louise Villeneuve dit :

    Merci beaucoup pour cet article très enrichissant, encore une fois. Je m’étais justement arrêtée, ces derniers jours, sur la parabole des talents pour l’appliquer à mon propre cheminement. Je m’empresse de m’y attarder à nouveau et de prendre le temps de la méditer encore et encore. J’aime beaucoup la citation de John Piper que je vais relire pour tenter d’aller plus en profondeur sur ses paroles. J’aime beaucoup aller sur votre site et voir vos articles, M. Morissette, car ils sont toujours intéressants, enrichissants et AIDANTS. J’ai également deux de vos CD. Juste un petit commentaire au sujet des CD. J’ai parfois de la difficulté à comprendre ce que vous dites lorsque vous parlez un peu trop vite. On sent la passion, le dynamisme et l’énergie dans votre voix, mais cela affecte parfois mon écoute et ma compréhension de ce qui est dit. Merci de votre attention.

Les commentaires sont fermés.