4 façons de vous mettre en colère !

Le stress de la vie moderne amène trop souvent les uns et les autres à des pertes de contrôle, des excès de colère. Et vous, comment gérer votre colère ?
Nous nous mettons tous en colère.  Bien que chez certains d’entre nous la colère n’est que très peu expressive, cela ne veut pas dire que nous ne la ressentons pas.  Nous l’éprouvons selon divers degrés d’intensité tout comme la peur et les autres émotions.  La plupart d’entre nous tentent de la réprimer du mieux que nous le pouvons.  À certaines occasions toutefois, nous ne pouvons pas nous empêcher de l’exprimer ouvertement, souvent avec éclat devant les regards inquisiteurs de ceux qui nous entourent et qui ne comprennent pas ce qui nous arrive.

Il y a quelques années de cela, Naomi Campbell, la top modèle britannique, a été inculpée d’une série d’infractions après l’agression présumée de policiers à l’aéroport londonien de Heathrow. Celle-ci, âgée de 37 ans à l’époque, avait été expulsée d’un appareil de British Airways par la police. Elle aurait eu un accès de colère après avoir appris que l’un de ses bagages avait été perdu alors qu’elle venait d’embarquer sur un vol pour Los Angeles aux États-Unis. Cinq chefs d’inculpation lui ont été signifiés – trois pour agression de policiers, un pour conduite pouvant constituer un harcèlement et un pour avoir proféré des menaces et des injures à l’encontre des membres d’équipage. Bien évidemment et heureusement, nous n’avons pas tous ce genre de réaction devant les contrariétés de la vie. Néanmoins, cela illustre fort bien la difficulté qu’ont certaines personnes à bien gérer cette puissante émotion que constitue la colère.

« Tout le monde peut se mettre en colère. C’est facile. Mais se mettre en colère avec la bonne personne, au bon moment, de la bonne façon et pour une bonne raison. Cela n’est pas facile! » Aristote

Comment les gens gèrent-ils leur colère ? De façon générale à partir de 4 approches qui se résument en 4 mots : opprimer, réprimer, supprimer et exprimer.

1- Opprimer

En fait, j’ai fait un jeu de mots en utilisant ce terme. L’oppression n’est pas un mode d’expression, mais un effet. Le vrai terme que j’aurais dû utiliser est en fait « ventiler ». Les gens qui ne se retiennent jamais laissent libre cours à leur colère sans jamais se contenir. Ils croient, à tort, se libérer intérieurement quand, en fait, ils créent un nouveau problème : ils oppriment les gens de leur entourage.  « Je suis fait de cette façon, disent-ils, c’est mon caractère et il faut m’accepter comme je suis »!

 « L’insensé met en dehors toute sa passion, mais le sage la contient. » Proverbes 29/11

Cette façon de penser est insensée et se traduit par des agissements tyranniques pour l’entourage. Combien de fois ai-je entendu des confessions d’enfants tourmentés d’angoisse devant un parent colérique, et combien d’hommes et de femmes vivent avec un « terroriste » dans leur propre maison. Ventiler sans restrictions est non seulement inefficace pour la personne, mais profondément dommageable pour les gens autour qui en seront, inévitablement, blessés.

« Il est sage de projeter votre colère vers les problèmes et non vers les gens. Mettre son énergie sur les solutions est plus efficace que de se perdre en excuses » William Ward

2- Réprimer

Le refoulement consiste à intérioriser complètement la colère. Nous appelons cela réprimer. Cela conduit presque invariablement au ressentiment et à la haine.  C’est la façon la plus commune que l’on retrouve en particulier dans les milieux religieux. Étant donné qu’exprimer ouvertement colère et désagrément est mal perçu, plusieurs choisissent de refouler leurs sentiments en gardant l’apparence, mais en nourrissant secrètement du mépris et du ressentiment.  Ils endurcissent ainsi leur cœur sans laisser rien paraître.  Leur intérieur devient littéralement un « réservoir » à ressentiment.

3- Supprimer

La suppression de la colère constitue une autre façon très néfaste de composer avec la colère. La suppression est l’effet d’un refoulement excessif où la colère, plus que d’être contenue à l’intérieur, est repoussée au-delà des limites de la conscience. La personne est toujours « habitée » par la colère, mais n’en est plus consciente. Ce phénomène se rencontre chez les gens qui ont été fortement abusés dans leur enfance (abus sexuel, violence familiale, mauvais traitements, etc.)

Les gens qui suppriment leur colère n’en prennent conscience que le jour où un événement déclenche le flot de colère et de rage au plus grand étonnement de la personne elle-même et de ceux qui la connaissent autrement.

4- Exprimer

 

La façon la plus efficace consiste à exprimer verbalement notre colère. Dire « je suis fâché » et reconnaitre notre irritation en le faisant savoir constructivement est plus bénéfique et plus soulageant. Si vous éprouvez du ressentiment et de la haine envers qui que ce soit, il faut, premièrement, prendre le temps de partager à Dieu ce qui nous irrite et notre état d’âme. Si vous en voulez à quelqu’un, commencez à le confesser ouvertement à Dieu qui vous aime et peut vous comprendre. Les Psaumes que l’on appelle « imprécatoires » sont un bon exemple de cette façon. J’aime à penser et à voir que les psaumes de David sont un peu comme son journal personnel où il ouvre son cœur à Dieu et lui exprime comment il se sent et ce qu’il vit.

Partager à Dieu honnêtement nos préoccupations et notre colère constitue non seulement une façon saine et sainte de gérer un conflit possible avec quelqu’un, mais cela nous permet de désamorcer notre condition intérieure, de retrouver notre contrôle, de reprendre nos sens, de gérer un problème beaucoup plus efficacement.

Nous pouvons aussi en parler à un ami en qui nous avons confiance et que nous savons qu’il ne nous jugera pas. La colère doit trouver une forme d’expression et la meilleure est le partage et la communication. Difficile de rester fâché lorsque nous prenons le temps de nous ouvrir ainsi.

« Celui qui est lent à la colère a une grande intelligence, mais celui qui est prompt à s’emporter proclame sa folie. »  Prov.  14/29

1 réponse
  1. guillermet Claire
    guillermet Claire dit :

    beau texte bien vrai pris sur la realite donc je l ai bien note ça va bp m aider
    BON PASTEUR DENIS MORISSETTE
    merci
    Claire
    EGLISE LE ROCHER A TROYES

Les commentaires sont fermés.