Bâtir sa vie (1)

Il m’arrive, lorsque je suis en entretien avec une personne, de poser tout bonnement la question suivante : « Comment voyez-vous la vie ? » ou encore : « Spontanément, sans trop y penser, dites-moi ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous pensez à la vie ? »

Au fil des années et des rencontres, les gens m’ont donné des réponses qui reflétaient leur véritable état d’âme. Parfois, leurs répliques étaient pathétiques et bouleversantes. La vie leur était lourde tel du plomb ; un long chemin aride, un labyrinthe d’où ils ne peuvent plus sortir ; un mur insurmontable. D’autres descriptions étayaient de façon douloureuse leurs aspirations inassouvies : des rêves impossibles, une vie qui leur file entre les doigts, une fatalité et un déterminisme impossible à contrer. Mais, toutes avaient en commun d’être fort révélateur de la perception qu’ont les gens de la vie.

« La vie sur terre est tout ce que nous avons. Que vous arriviez à la conclusion que c’est assez ou pas assez, cela dépend de vous. Mais nous sommes tous fous si nous refusons de la vivre pleinement, courageusement et admirablement. » Frédéric Buechner

La perception n’est pas la réalité. C’est plutôt l’impression que les gens se font de la réalité. Or, le drame est que notre perception oriente nos actions (ce que nous faisons ou ne faisons pas) et que ces dernières déterminent le résultat (ce qui nous obtenons ou non de la vie).

En ce qui VOUS concerne, comment voyez-vous la vie ? Comment voyez-vous votre vie ? Pour répondre à ces questions, vous devez être capable de définir votre perception de la vie. Pour découvrir la vôtre, vous n’avez qu’à compléter les phrases suivantes de façon spontanée, en laissant monter ce qui vous vient à l’esprit :

  • La vie c’est : ___________________________________
  • La vie est : ____________________________________
  • La vie c’est comme : _____________________________

Les réponses à ces questions vont largement déterminer…

  1.  Ce que vous voulez de la vie
  2. Ce que vous attendez de la vie
  3. Ce que vous obtiendrez de la vie.

On trouve plusieurs métaphores de la vie dans la Bible : un chemin, une porte, un désert, une montagne, la mer, etc. Une des plus puissantes représentations de la vie nous a été donnée par Jésus. Elle est relatée dans les Évangiles de Matthieu (7.24-29) et de Luc (6.47-49). Jésus a comparé la vie à une MAISON, et chacun de nous à un CONSTRUCTEUR, un bâtisseur de maison. Cette parabole met en présence deux constructeurs : le sage (l’homme prudent) et l’insensé. Jésus s’est révélé divinement judicieux dans le récit de cette parabole. Il sait que ce que nous sommes va déterminer ce que nous allons faire, comment nous allons le faire, où nous allons le faire et pourquoi nous allons le faire. Et ce que nous allons faire va déterminer ce que nous aurons en retour. Remarquez la progression : ÊTRE à FAIRE à AVOIR.

Qui êtes-vous ? Quelles sont les valeurs qui vous animent ? Êtes-vous du type prudent ou plutôt du genre à prendre des risques non calculés ? Faites-vous preuve de jugement, de bon sens dans la conduite de votre vie ? Êtes-vous réfléchi ou prenez vous des décisions précipitées ? Faites-vous preuve de réserve ou plongez-vous tête baissée dans vos relations ? Êtes-vous sage ou insensé ?

Il n’est pas toujours aisé et agréable de répondre à ce genre de questions et d’examiner ce que nous sommes. Il est plus facile de les éviter. Mais gardons à l’esprit que notre vie (et tout ce que cela comporte) est premièrement le résultat de ce que nous sommes et deuxièmement la conséquence de ce que nous faisons. L’aboutissement et la qualité de notre parcours sur terre dépendront de nous plus que de quoi que ce soit d’autre. C’est à nous d’y voir.

« L’homme sage ne s’attend pas à trouver la vie comme valant la peine d’être vécu. Il fait en sorte que celle-ci vaille la peine d’être vécue » Inconnu