Comment guérir du rejet ?

Qui n’a jamais vécu le rejet ? Il n’y a probablement pas de sentiment plus pénible dans la condition humaine que celui du rejet. Il atteint notre estime, notre valeur et compromet nos relations futures. Mais, il y a moyen de s’en sortir…

Vous rappelez-vous, lorsque nous étions à l’école, la peur qui nous tenaillait lorsque le professeur demandait à tous élèves de se subdiviser en petits groupes pour une discussion autour d’un thème ? Vous vous souvenez de ces moments, au sport, lorsque venait le temps de sélectionner des joueurs pour former des équipes ? Dans ces moments, chacun a expérimenté l’anxiété résultant de la possibilité de ne pas être choisi ou de l’être par défaut : « Bof … on vous laisse ! » Au-delà de l’humiliation publique, il y avait le sentiment de honte et de rejet.

L’expérience du rejet est profondément douloureuse parce qu’elle atteint ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes : notre identité et notre valeur. Si je ne suis pas choisi, c’est que je ne vaux pas grand-chose. Si je suis rejeté ainsi, c’est que je ne suis rien.

Le sentiment de rejet se vit dans beaucoup de situations de vie. Impossible d’y échapper. En voici quelques exemples :

  • La fiancée éconduite par son amoureux à quelques jours de son mariage
  • Un enfant non désiré repoussé par un parent
  • Un adolescent esseulé qui ne réussit pas à s’intégrer dans un groupe d’amis
  • Une maman repoussée par son fils ou sa fille
  • Un mari qui annonce à sa femme qu’il la quitte pour une autre

Ce genre d’expériences, que nous soyons grands ou petits, a toujours un effet douloureux. La blessure est émotionnelle et est ressentie physiquement même. Avoir le « cœur brisé »  est à la fois symbolique et littéral, et la douleur du rejet peut durer des semaines et des mois et pour certains des années. Inlassablement, notre cerveau repasse en boucle le scénario de ce qui s’est produit. Nous cherchons à comprendre ce qui nous est arrivé en tentant de comprendre pourquoi, mais pourquoi !

Vous savez, nous partageons tous, comme humain, une certaine fragilité intérieure, et cela, même si certain d’entre-nous possédons un « moi » assez bien construit. Le rejet menace notre intégrité comme s’il venait remettre en question ce que nous sommes. Parfois, il met aussi en lumière certaines failles de notre nature.

J’aimerais pouvoir vous offrir des outils et des moyens pour éviter le rejet. Mais, cela est impossible. Même avec les meilleures conditions de vie, une personnalité en santé, nous sommes toujours exposés à ce genre d’expérience. Si, on ne peut pas l’éviter, on peut, par contre, guérir et s’en remettre. Laissez-moi vous proposer quelques pistes :

Autorisez-vous à avoir de la peine

Il ne sert de rien de nier la souffrance. Vous avez été rejeté, blessé et il faut accepter que cela fasse mal. La douleur est normale et va durer un certain temps. Prenez le temps de pleurer ce que vous avez à pleurer. C’est ainsi que vous allez décharger votre cœur. Donnez-vous aussi le droit d’être fâché. Être en colère est aussi une réaction normale. Cela ne signifie pas que nous devons tout casser autour de nous et blesser les autres à notre tour en nous vengeant. Simplement, reconnaître sa présence et l’exprimer.

« Vous n’avez pas de pouvoir sur ce que vous ressentez, mais sur ce que vous faites avec ce que vous ressentez. »

Accepter la réalité que les gens qui rejettent les autres ont eux-mêmes des problèmes

Les gens en bonne santé, même quand ils ont un problème à résoudre avec le comportement de quelqu’un, ne s’abaissent pas à rejeter. Rejeter quelqu’un n’est pas un signe de force, mais de faiblesse, ni de courage, mais de lâcheté. Vous avez été victime de ce type de personnes. Votre douleur est proportionnelle à l’importance que vous accordez à cette personne. Le jour où vous réalisez qu’elle-même est blessée, cela vous permettra d’alléger votre souffrance et de passer à une autre étape de votre guérison.

« Les gens n’ont pas peur des hauteurs, ils ont peur de tomber. Ils n’ont pas peur de nager, mais de se noyer. Ils n’ont pas peur d’aimer, mais d’être rejetés! »

Approchez-vous de Dieu pour qu’Il vous console

Parfois, la seule chose que Dieu peut faire face aux drames de notre vie est de nous consoler. La Bible le présente comme le consolateur et le Dieu de toutes consolations (2 Cor. 1/3,4). Il est parfois difficile de comprendre pourquoi ces choses arrivent. On voudrait être assuré de la protection constante de Dieu. Mais, garder à l’esprit que Son Amour pour nous ne le pousse pas à contrôler notre vie et ainsi nous empêcher de vivre. Par contre, lorsque l’invraisemblable se produit, il est là pour nous. Il est faux de croire que Dieu contrôle tout sur terre. Vous et moi avons une marge de manœuvre qu’on appelle le libre choix ou le libre arbitre. Cette liberté, si chère, nous donne un pouvoir : celui de faire le bien ou le mal. En réalité, le fait que certaines personnes en rejetant d’autres n’est seulement que la manifestation du mauvais usage de leur liberté.

Néanmoins, nous pouvons compter sur Dieu. Nous pouvons lui faire confiance parce que, malgré les revers de la vie, il ne nous abandonne jamais.

« Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi. Car tu n’abandonnes pas ceux qui te cherchent!… Il n’oublie pas le cri des malheureux. Fais-moi grâce au Dieu, voici mon malheur est causé par ceux qui me haïssent Toi qui me fait remonter des portes de la mort, afin que je redise toutes ces louanges et que je sois dans l’allégresse à cause de Ton salut.  » Ps. 9/11-15

Réfléchissez quand même à ce que vous faites pour vous exposer ainsi au rejet

Parfois, on est victime et en d’autres occasions, on l’est un peu moins. Il nous arrive tous de dépasser des limites, quelquefois en paroles ou en actions, et d’ainsi blesser les autres sans le vouloir. Après que la douleur se soit atténuée, prenez le temps de revoir l’événement et, cette fois-ci, regarder à ce que vous avez fait ou dit. S’il le faut, ayez assez de courage pour reconnaître votre contribution à ce qui est survenu malgré la réaction inappropriée de l’autre. Il faut toujours tirer des leçons de ce genre d’expérience et tenter de comprendre plus en profondeur.

Comprenez que ce que vous avez vécu recèle de nouvelles opportunités

Il y a près de 25 ans, j’ai vécu un épisode de rejet dans le cadre du ministère. Du jour au lendemain, je me suis retrouvé à la rue suite à la décision d’une seule personne. La douleur et l’incompréhension d’alors furent immenses. Il est difficile, dans ces moments, de croire que quelque chose de bien peut émerger de ce genre de situation. Je me souviens encore de la lutte intérieure entre mes désirs de vengeance, le lâcher-prise et le pardon que Dieu me demandait.

Aujourd’hui, je réalise encore davantage les bénédictions que Dieu réserve à celui qui cherche, malgré les injustices et le rejet, à marcher en toute honnêteté et droiture devant lui. Voilà pourquoi, malgré la douleur et les sombres sentiments qui peuvent vous animer, je vous encourage à regarder au-delà des circonstances immédiates.

« Quand je regarde à ma vie, je m’aperçois, à chaque fois, que j’ai été rejeté pour quelque chose de bien, cela m’a permis d’être redirigé vers quelque chose de mieux! » Steeve Maraboli