Comment trouver un sens à sa vie ! (2)

Il y a plein de choses importantes dans la vie et beaucoup d’autres sans importance. Trouver un sens fait partie des questions fondamentales qui nous permettent de mettre toute chose en perspective.

Précédemment, nous avons vu que trouver un sens à sa vie est possible à partir de certains éléments. Le premier est d’avoir une direction, ce qui nous évite de tourner en rond comme si nous étions perdus en forêt. Au contraire, avoir une direction nous permet de garder le cap et de rester focaliser sur nos priorités. Cela parait si simple au premier regard. En réalité, la plupart des gens ne savent pas où ils vont et, bien évidemment, ils n’arriveront jamais à destination.

PRINCIPE : Si vous ne savez pas où aller, vous n’irez jamais loin !

Le second élément dont nous avons discuté concerne l’inspiration. Pour trouver une direction et savoir où aller, nous avons besoin d’inspiration. L’inspiration provient de diverses sources : la prière, la réflexion, l’ouverture et parfois (et même souvent à bien y penser) les circonstances et les événements qui jalonnent notre route. N’oubliez pas que Dieu s’y prend de bien des façons pour nous parler. Toutefois, garder à l’esprit que Dieu a déposé en vous des désirs, des aspirations et des rêves. C’est à vous maintenant de savoir ce que vous voulez.

PRINCIPE : Si vous ne savez pas ce que vous voulez, vous n’aurez jamais rien !

Regardons 2 autres éléments importants pour trouver un sens à sa vie.

3- Vocation

Comme je l’ai mentionné dans le blogue précédent, le mot sens provient de 2 sources. L’origine première est latine et la seconde vient du francique (l’ancêtre du français moderne) « sinn », et signifie raison. Beaucoup d’expressions françaises l’utilisent selon cette signification : avoir du sens, comprendre le sens, etc. Bien sûr, cela fait appel au raisonnement, à la réflexion, à la compréhension.

Quelqu’un qui n’a pas de raison de vivre perd la signification profonde de la vie ou du pourquoi d’exister. Je suis sur terre « pourquoi », mais aussi « pour quoi » et « pour qui ». Ma vie doit servir à quelque chose. Lorsque nous trouvons ce pour quoi nous sommes sur terre, notre vie prend tout son sens. À ce moment-là, notre vocation devient définie.

Ceux de ma génération connaissent le mot « vocation ». On ne l’utilise presque plus de nos jours. Quand j’étais tout jeune, dans la très catholique société de mon enfance, on avait l’appel des vocations. À l’époque, cela avait une forte connotation religieuse, mais qui en limitait l’usage. Toutes les familles devaient avoir au moins un prêtre ou une sœur. Ceux qui n’avaient pas l’appel pour servir Dieu se sentaient coupables ou inférieurs. De nos jours, cette façon de voir prévaut parfois dans le monde évangélique. Si quelqu’un ressent un certain appel, il doit être pasteur ou du moins impliqué dans l’église. On réduit l’appel à une dimension reliée aux ministères et au détriment de toutes les autres possibilités. Plein de gens se sentent jugés parce qu’ils ne ressentent pas ce type d’appel. L’apôtre Paul en fait allusion lorsqu’il parle des dons différents et de leur exercice.

Dieu nous a accordé par grâce des dons différents. Pour l’un, c’est la prophétie (parler pour Dieu) : qu’il exerce cette activité conformément à notre foi commune. Pour un autre, c’est le service : qu’il se consacre à ce service. Que celui qui a reçu un ministère d’enseignement enseigne. Que celui qui a reçu un ministère d’encouragement encourage. Que celui qui donne le fasse sans arrière-pensée. Que celui qui dirige le fasse avec sérieux. Que celui qui secourt les malheureux le fasse avec joie. Lettre Paul aux Romains 12: 6-8

Nous trouvons donc un sens à notre vie lorsque nos talents et ce que nous possédons servent à quelque chose de significatif. Dans ce texte de l’apôtre Paul, notes que pour chaque don évoqué met en perspective les besoins des gens. Trouvez un sens à sa vie implique une contribution à l’humanité.

N’hésitez pas à sortir des sentiers battus. Donner à Dieu l’occasion de vous démontrer sa créativité. Croyez-moi, Il n’est pas soumis au formalisme religieux. Il y a plein de possibilités qui peuvent s’offrir à vous. N’hésitez pas à aller de l’avant même si on ne vous donne pas toujours l’occasion d’exprimer vos dons. Surtout, gardez l’objectif suprême que cela doit aller au-delà de votre propre personne et de vos propres intérêts et servir une cause plus grande. N’oubliez pas, nous sommes là pour quelque chose mais surtout pour quelqu’un.

4- Adaptation

Le danger avec un thème comme « le sens de la vie » est de rester philosophique, mystique ou du moins pas très réaliste face à la vie. Je m’insurge souvent contre une approche magique de la vie comme si, par révélation soudaine, tout devenait facile. Découvrir un sens a parfois une proportion reliée à notre portion. Si nous ne sommes pas tous appelés à quelque chose de grandiose, cela ne signifie pas que nous ne participons pas à quelque chose de grandiose.

Cela est très bien illustré par la fable « Le casseur de cailloux » de l’écrivain Charles Péguy. Celui-ci raconte qu’il va en pèlerinage à Chartres et voit un type fatigué, suant, qui casse des cailloux. Il s’approche de lui : « Qu’est-ce que vous faites Monsieur ? “Vous voyez bien, je casse des cailloux, c’est dur, j’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai faim. Je fais un sous-métier, je suis un sous homme”. Il continue et voit un peu plus loin un autre homme qui casse les cailloux ; lui n’a pas l’air mal. “Monsieur, qu’est-ce que vous faites ?” “Eh bien, je gagne ma vie. Je casse des cailloux, je n’ai pas trouvé d’autre métier pour nourrir ma famille, je suis bien content d’avoir celui-là”. Péguy poursuit son chemin et s’approche d’un troisième casseur de cailloux, qui est souriant et radieux : “Moi, Monsieur, dit-il, je bâtis une cathédrale.”

Dans cette fable, le casseur de cailloux n’est pas architecte, ni curé. Il n’est pas contremaître, ni un riche financier. Mais, dans les limites de ce qu’il est et de ce qu’il peut faire, il est conscient qu’il participe à un projet plus grand que lui. Il est ajusté à la réalité et n’est pas dans l’illusion.

“La vie exige de l’homme une élasticité spirituelle afin qu’il puisse tempérer ses efforts face aux chances qui lui sont offertes.” Viktor E. Frankl

J’imagine certains d’entre vous malades ou alités. Vous dites ma vie est fichue et je ne peux pas faire grand-chose. Au lieu de penser de la sorte, posez-vous la question : comment donner sens à ce que je vis en ce moment et dans cette condition ? Dites-vous qu’il y a peut-être quelqu’un tout près de vous qui a besoin d’un sourire, d’un mot de consolation ou d’une parole de gentillesse.

Peut-être, êtes-vous mères au foyer et vous ne vous sentez pas très valorisées à changer les couches et gérer les crises infantiles. Posez-vous la question : comment donner un sens à tout cela dans cette période de ma vie ? Que deviendront mes enfants plus tard dans la vie si je ne m’investis pas en donnant du sens à ce que je fais. Dites-vous que vous avez le rôle le plus important dans son éducation et épanouissement chrétienne.

Peu importe que vous soyez ouvrier(e), infirmier(e), enseignant(e), informaticien(e), posez-vous à chaque occasion les mêmes questions. Quel sens puis-je donner à ce que je fais ? Est-ce que ce que je fais peut contribuer à quelque chose de plus grand ? Est-ce que je peux aider quelqu’un avec ce que je suis et ce que j’ai ?

N’oubliez jamais que votre vie aura un sens dans la mesure où vous donnerez sens à chacun de vos gestes, grands ou petits. Et ce peu importe le lieu, les personnes et les conditions dans lesquelles vous vous trouvez.

« Sans Dieu, la vie n’a pas de but, et sans but, la vie n’a pas de sens. Sans sens, la vie n’a pas de signification ». Rick Warren

3 réponses
  1. SEDAR PAUL dit :

    Bonjour
    Que la paix de notre seigneur Jésus-Christ soit avec vous.
    Je vous remercie de votre sympathie et amour que vous pour moi en me fortifiant ma vie à partir de vos lettres.
    Merci et que Dieu vous bénisse.

    Répondre
    • Kouadio dit :

      Merci pour cet article oh combien édifiant. L’on n’entend vocation que dans les assemblées religieuses. Et pourtant, toute personne sur la terre devait en avoir. Que DIEU nous guide dans notre quête du sens que nous voudrions donner à notre vie.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *