Connaissez-vous les 3 phases d’une relation ?

Il n’est pas facile pour les couples de survivre et de maintenir une relation harmonieuse à long terme. Bombardé de toutes parts et remis en question dans ses fondements, le mariage contemporain doit tenir le cap malgré les courants contraires et les vents défavorables.
Est-il possible dans ces temps turbulents de s’épanouir dans la vie à deux ? Est-il réaliste de croire qu’un mariage peut durer une vie entière dans un monde où tout est éphémère ? Est-ce que le mariage même est une institution archaïque et dépassée ? Toutes ces questions assaillent bien souvent les couples. Les gens se fréquentent, aspirent à être ensemble et à bâtir un bonheur durable pour la vie et se retrouvent mariés, confrontés à tout plein de défis qu’ils n’avaient pas imaginés. Que se passe-t-il au juste ? Le beau rêve s’estompe et se change en cauchemar ?  Bien sûr que non ! Ils sont confrontés juste à une réalité qu’ils n’avaient pas soupçonnée.

Les relations entre hommes et femmes, tout comme les mariages, passent par 3 grandes phases qui varient en intensité dépendamment des conditions particulières de chacune des personnes. Pour bien évoluer dans la vie à deux, vous devez comprendre ces phases et les défis qui s’y rattachent.

1- La phase d’exaltation

La phase d’exaltation débute bien souvent avant le mariage et se poursuit après le mariage. On ne peut pas prévoir lorsque celle-ci s’estompera, mais nous savons fort bien qu’elle finira perdre de son lustre. Cette première phase est caractérisée par le ravissement, l’enchantement, l’engouement. Ce n’est pas une phase réaliste puisque chacun des conjoints ne voit que ce qui est visible et apparent, i.e. le beau côté de l’autre. Voici le genre d’expressions que les gens utilisent et qui caractérisent cette phase précise :

  • « C’est l’homme que je cherchais ! »
  • « C’est la femme de mes rêves ! »
  • « Il ou elle est parfait€ ! »
  • « J’ai beau chercher ses défauts, elle ou il n’en a pas ! »

Tous les gens mariés depuis longtemps sourient à ces formules. Eux-mêmes y ont cru. Cette phase a la caractéristique d’être passablement égocentrique puisqu’en fait, l’on voit tout ce que la personne constitue pour nous, tout ce qu’elle nous rapporte. Par contre, on réfléchit moins à ce que nous nous apportons.

« Il est plus facile de tomber en amour (avoir le coup de foudre) que de rester en amour ! »

2- Phase de déception :

Tout comme la phase d’exaltation, cette deuxième phase peut survenir avant le mariage, lors des fréquentations. Lorsque la déception est trop grande, l’un ou l’autre met fin à la relation et, inévitablement, les rêves de mariage s’envolent en fumée. Bien évidemment, on ne peut pas prévoir quand cette phase va apparaître. Elle survient souvent dès les premiers jours ou les premières semaines de la vie à deux. Parfois, elle se manifeste après plusieurs années lorsque les déboires et les difficultés s’accumulent : les soucis de la vie, le stress financier, le fardeau que peuvent représenter les enfants, etc.

C’est lors de cette phase que la plupart des mariages s’effondrent. Les gens manquent de persistance, démissionnent et surtout oublient qu’il y a une troisième phase qui suivra. Même si cette phase est l’inverse de la première, elle est tout aussi irréaliste puisqu’on ne voit que les mauvais côtés de la relation et les défauts de l’autre. Frustration, agressivité, colère, douleur, souffrance, désillusion, sentiment de trahison sont caractéristiques de cette phase :

  • « Je n’aurais jamais pensé qu’il ou elle était si… ! »
  • « Comment ai-je fait pour ne pas voir tous ses défauts »
  • « Quelle grave erreur de l’avoir marié ! »
  • « Pourquoi Dieu ne m’a-t-il pas révélé cela avant ! »

Dans ces moments, il faut pouvoir travailler à baisser nos attentes, nos expectatives et revenir à une perception plus réaliste, plus raisonnable de la vie et du mariage. Cette phase demeure aussi égocentrique que la première puisqu’on ne voit trop souvent que ce que l’autre ne nous apporte plus.

« Un bon mariage n’est pas le fait d’un couple parfait, mais celui d’un couple imparfait qui apprécie les différences. »

3- Phase de maturation :

La phase de maturation constitue une phase beaucoup plus équilibrée et beaucoup moins fantaisiste que les deux premières. Chacun des conjoints réalise maintenant que l’un et l’autre ont des défauts tout autant que des qualités. C’est la maturité douloureusement acquise qui leur fait davantage voir la réalité avec beaucoup plus d’acuité. Fini les scénarios imaginaires et hollywoodiens. Le mari et son épouse réalisent que l’établissement d’une relation heureuse et épanouie requiert de l’énergie, de la bonne volonté, une bonne dose d’abnégation et un engagement de tous les instants. Dans cette troisième phase, les époux réalisent que :

  • « Elle ou il a ses défauts, mais j’ai les miens ! »
  • « Il ou elle a aussi des qualités tout comme moi ! »
  • « Elle ou il n’est pas parfaite et je ne suis pas parfait ! »

« Tout l’art du mariage est de savoir passer de l’amour à l’amitié, sans pour cela sacrifier l’amour » André Maurois

Contrairement à ce que l’on peut croire, cette dernière phase n’en est pas une de résignation et de contentement où l’on enterre nos rêves et nos aspirations. C’est une phase ou chacun des conjoints est conscient, comme nous l’avons mentionné, de ses forces et de ses limites, de ses qualités comme de ses défauts. C’est une phase où chacun travaille à changer soi-même au lieu de s’acharner à vouloir changer l’autre. C’est une phase de croissance, surtout de conscience, où chacun réalise que le bon déroulement et l’issue de leur union sont de leur responsabilité commune.

« L’amour semble se manifester rapidement, mais, en réalité, il est le résultat d’une croissance lente et progressive. Aucun homme et aucune femme ne savent vraiment ce qu’est l’amour parfait jusqu’à ce qu’ils aient été mariés un quart de siècle ! » Mark Twain

Le mariage est une grande aventure à deux. Pour le réussir, chacun doit faire sa part. Tous ceux qui ont réussi à bâtir un mariage durable ont dû passer au travers de chacune de ces phases et composer avec les défis qui se présentaient à eux. Ne désespérez-pas! C’est à vous maintenant de relever vos propres défis et de faire en sorte que votre mariage devienne ce que Dieu veut qu’il soit, c’est-à-dire, une source d’épanouissement.

3 réponses

Les commentaires sont fermés.