Quelle est la chose la plus importante dans la vie ?

Qu’est-ce qui pourrait faire en sorte que votre vie soit belle ? Si vous aviez à mettre votre énergie en quelque chose qui vous assurerait une belle vie, dans quoi vous investiriez-vous ?

Au moment où vous vous posez ces questions, certaines réponses émergent dans votre esprit. Cela peut être votre foi et vos convictions religieuses ou votre travail, votre famille. Laissez-moi vous sensibiliser à réfléchir à une réponse réelle et non imaginée. Car il y a souvent un grand décalage entre ce que nous croyons, ce que nous voulons, souhaitons et ce que nous vivons réellement.

J’ai écouté, récemment une conférence du Dr Robert Waldinger qui citait un récent sondage mené sur la génération Y et demandant aux jeunes ce qui était vraiment important pour eux. Ceux-ci ont répondu à 80% que leur but était de devenir riches et 50% de devenir célèbres. Je crois que cela n’est pas étonnant considérant la culture dans laquelle nous vivons. J’ajouterais que cela constitue même, pour beaucoup d’entre nous, le désir secret de nos cœurs que nous n’osons pas nous avouer. Publiquement, nous professons une chose et secrètement nous en cultivons une autre.

Mais qu’est-ce qui fait en sorte que la vie soit belle et qu’elle en vaille la peine ?

Le même auteur ajoute que la plupart des choses que nous savons sur la vie humaine nous l’apprenons en demandant aux gens de nous raconter ce qu’ils ont vécu. Vous serez d’accord que le niveau de fiabilité de cette approche demeure faible. Le même auteur a posé cette question : « Et si nous pouvions regarder des vies entières au fil du temps ou si nous pouvions étudier les gens depuis leur adolescence jusqu’à la fin de leur vie, que découvririons-nous comme source de bonheur et d’épanouissement ? » Et bien cela a été fait par l’université Harvard[1]. Des chercheurs ont suivi pendant 75 ans un groupe de 724 hommes et ce, année après année. Ils ont observé, questionné ces hommes sur leur travail, leur vie de famille, leur santé, etc. C’est la plus grande étude longitudinale jamais entreprise.

Qu’ont-ils appris ? Le message bien simple que ce n’est pas la richesse, ni la célébrité, ni le travail qui rendent heureux, mais les relations. Celles-ci nous assurent non seulement du bonheur, mais aussi de la santé.

Voici 3 leçons tirées de cette recherche :

  • Les relations sont très bonnes pour nous, alors que la solitude tue

Les personnes qui sont en lien avec leur famille, des amis, la communauté sont plus heureuses, sont physiquement en meilleure santé et vivent plus longtemps. Par contre, ceux qui sont isolés sont moins heureux, leur santé décline plus tôt et les capacités de leur cerveau déclinent plus vite et ont ainsi des vies plus courtes. On peut être marié et se sentir seul, être à l’église tous les dimanches et être isolé. Être entouré de gens ne signifie pas être connecté à eux et être en relation. Vous pouvez avoir 5000 amis Facebook et demeurer dans l’isolement.

  • La 2e leçon de cette étude met en évidence la qualité des relations

Encore une fois, ce n’est pas la quantité de relations que nous avons qui impacte notre vie, mais la qualité de ces relations. Ce n’est pas le nombre d’amis que nous avons, mais la qualité des liens qui se sont établis et l’harmonie qui règne dans ces relations. Des conflits continuels avec les autres comme avec la famille, les disputes dans le couple et les querelles constantes avec les enfants sont très mauvais pour la santé.

  • La 3e leçon de cette étude est que les bonnes relations ne protègent pas seulement nos corps, mais nos cerveaux

Selon l’étude, il s’avère qu’une relation solidement fixée avec une autre personne a un effet protecteur. Les gens qui sont dans des relations avec quelqu’un sur qui ils peuvent compter conservent une meilleure mémoire. À l’inverse, ceux qui sont dans des relations avec une personne sur qui ils ne peuvent compter expérimentent de façon précoce un déclin de leur mémoire.

Comme croyants, que pouvons-nous retirer de cette étude ?

Cette étude démontre ce que la Bible a toujours dit concernant l’importance des relations. Dès le livre de Genèse, Dieu reconnait que la solitude est malsaine (Genèse 2 : 18). Tout au long du Nouveau Testament, les évangiles tout autant que les lettres de l’apôtre Paul insistent sur l’importance des relations. Dieu est un être de relation et nous sommes créés, à son image, comme des êtres de relation.

Dans la réalité de la vie moderne, l’église est le meilleur endroit pour tisser ces liens et établir de bonnes relations. Elle est, à mon avis, une création géniale, voulue de Dieu pour répondre à ce besoin. Le danger de la vie moderne est de subir l’influence néfaste de ce monde qui nous entoure et de glisser, subtilement, hors du cadre de priorité assigné par Dieu.

L’église n’est pas un endroit où l’on va mais quelque chose que l’on est

Pour des millions de croyants, l’église est un lieu où on va 1 fois, 2 fois ou 3 fois par semaine. Pour Dieu, l’église c’est vous et moi. C’est un peuple qui se rencontre pour adorer Dieu, mais aussi pour être en relation les uns avec les autres. Ces relations sont vitales pour la qualité de notre vie. Nous en avons tous besoin.

L’église n’est pas quelque chose à quoi on assiste, mais en quoi on participe

Dans le même ordre d’idées, beaucoup de croyants assistent à des réunions, écoutent des messages sur internet ou par cd ou DVD. Bien sûr, ils sont souvent encouragés, bénis par ces messages. Mais encore une fois, la mémoire est une faculté qui oublie et, happés par l’effervescence et les demandes de la vie courante, ils se retrouvent quelque temps plus tard dans la même condition. L’expérience de la vie chrétienne ne doit pas être passive, mais participative.

Quelle forme prend cette participation ? L’apôtre Paul la décrit très bien comme en fait foi le verset suivant :

Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres ; par honneur, usez de prévenances réciproques. Rom 12 : 10

Ce court texte met en perspective ce que l’étude des chercheurs d’Harvard démontrait. Dans des relations saines, notre besoin d’amour et d’affection est comblé. Par la prévenance, nous sommes en sécurité et assurés de pouvoir compter ainsi sur les uns les autres.

Que vous ayez 20 ans, 30 ans ou 60 ans, faites tous vos efforts pour établir et maintenir des relations harmonieuses. De façon pratique, cela signifie peut-être :

  • Passer moins de temps devant la télé ou votre tablette de jeu, et plus dans la parole de Dieu pour vous aider à comprendre l’amour dont Dieu nous parle
  • Prendre quelques instants pour téléphoner à quelqu’un qui passent par des épreuves, des moments difficiles de leur vie, qui a besoin d’un encouragement, d’un soutien, d’un peu d’attention et d’écoute
  • Visiter vos parents (ou des personnes âgées), des personnes malades que vous savez seules et isolées
  • Prendre du temps avec votre femme, votre mari et vos enfants pour faire une promenade
  • Raviver et dépoussiérer une vieille amitié
  • Renouer avec un ami, un membre de votre famille, peu importe la personne avec qui vous avez eu des différents ou peut-être seulement des incompréhensions

Les possibilités sont illimitées !!!

Ainsi, vous verrez très rapidement les effets autant chez vous-même que chez ceux qui vous entourent. Alors vous pourrez dire que vous avez découvert la chose la plus importante dans la vie !

[1] http://www.ted.com/talks/robert_waldinger_what_makes_a_good_life_lessons_from_the_longest_study_on_happiness

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *