Sauvons Noël !

Quand arrive Noël, nous avons tous des attentes. On s’attend à des cadeaux, à quelque chose d’extraordinaire puisque c’est Noël. Mais, plus les attentes sont mal placées, plus les déceptions sont grandes.

Tout cela demeure résolument humain vous en conviendrez. Mais, ce qui se cache derrière tout cela est un détournement du sens de Noël. Nos attentes sont davantage matérialistes et festives que spirituelles ou relationnelles. Noël est de moins en moins chrétien. Même la naissance et la venue de Jésus, la plupart du temps, ne sont plus soulignées. Les sociétés occidentales, jadis profondément chrétiennes, ont peine à faire la paix avec leur histoire et tente d’occulter tous les signes chrétiens reliés à cette période de l’année.
Noël devrait réchauffer les âmes et atten­drir les cœurs. Mais avouons-le, l’esprit de Noël a été détourné par l’esprit du capitalisme. Et moins elle est chrétienne, plus elle est capitaliste. Moins elle est spirituelle, plus elle est consommatrice. (Matthieu Bock-Côté, journal de Montréal 9/12/2014)

En ce qui me concerne, avant chaque Noël, j’aime à relire et à me replonger dans les textes relatant la naissance de Jésus. Je le fais, non pas pour renouer avec la nostalgie et les souvenirs de mon enfance, mais pour être sûr de ne pas perdre de vue le sens de ce qu’on devrait souligner à cette période de l’année. Revenir à la source nous permet de comprendre l’origine et le sens de départ, et d’éviter de nous perdre sous l’influence et la pression de la culture et de l’esprit qui nous environne.

Avant la venue de Jésus, il y a avait des attentes aussi. L’évangile de Luc en donne  2 exemples. Le premier exemple nous raconte l’histoire d’un vieil homme qui avait été, le texte nous dit, averti qu’il ne mourrait pas sans avoir vu le Christ le Seigneur. Luc nous donne une description sommaire de qui il était :

Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. (Luc 2:25)

Un jour, poussé par le St-Esprit, il se rend au temple et reçoit dans ses bras l’Enfant Jésus. Il reconnait tout de suite qu’il est le sauveur et s’exclame :

Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé devant tous les peuples, lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël, ton peuple. (Luc 2:29-32)

Maintenant, il est prêt à mourir et à s’en aller en paix. Il a vu de ses yeux ce qu’il attendait depuis si longtemps. En fin, son attente n’a pas été vaine et sa vie entière fait sens maintenant. Ces textes nous ramènent donc, même en ces temps modernes, au vrai sens de la venue de Jésus.

  • Pour chaque malheureux de la terre, il offre sa présence consolatrice!
  • Pour chaque désespéré, il offre le salut sans condition !
  • Pour ceux qui cherchent et se cherchent, il les éclaire et les guide!

« Vous voulez garder Jésus-Christ dans Noël ? Nourrissez les affamés, revêtez ceux qui sont nus, pardonnez les coupables, accueillez les indésirables, soignez les malades, aimez vos ennemis, faites aux autres ce que vous vous voudriez qu’ils vous fassent à vous. » Steeve Maraboli

Quelle est la leçon à tirer pour chaque croyant ? Pour vous comme pour moi, nous nous devons de saisir notre responsabilité dans la portée du message de Noël. Nous sommes là pour témoigner, par notre conduite et notre amour, de la réalité de la présence de Jésus dans notre vie. Le sens de notre vie est que nous sommes là pour consoler ceux qui sont affligés, proposer une solution aux désespérés et pour aider ceux qui cherchent à trouver la lumière.
Étonnamment, le second texte fait allusion aussi à une vieille dame de 84 ans, Anne, une prophétesse. Voici ce qu’en dit Luc :

Étant survenue, elle aussi, à cette même heure, elle louait Dieu, et elle parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. (Luc 2:38)

Elle est là avec Siméon au même moment et au même endroit. On remarque qu’il y a encore une fois une attente. L’attente de la liberté, de la libération et littéralement de la rédemption. Que signifie ce dernier terme ? RÉDEMPTION. Littéralement 2 choses.
Premièrement, la notion de rachat : le fait que Dieu nous rachète et nous libère ainsi du péché et de nos esclavages et en second lieu,  l’action de reprendre possession de quelque chose pour la ramener à un état de fonctionnement optimal.

Laissez-moi vous raconter une anecdote pour illustrer ce dernier point. Il y a plusieurs années, je voyageais avec mes enfants aux États-Unis pour les vacances. Là où j’allais, je voyais constamment des affiches qui indiquaient « redemption center » ou si vous préférez « centre de rédemption ». À l’époque mon anglais étant limité et je me disais quel drôle de nom pour une église. Un jour, je compris qu’il s’agissait d’une église, mais des endroits où on récupère et recycle les déchets (plastique, verre, etc.). Dans ces centres de rédemption, on récupère et redonne vie à tous ces produits qui étaient littéralement en fin de vie. Ils sont transformés et de nouveau utiles à notre usage. Voici, littéralement, ce que Dieu fait de nous. Il recycle nos vies pour qu’elles aient un nouveau sens, une nouvelle fonction.

Quelles sont vos véritables attentes dans la vie ? Pour ce Noël ? À quoi sert votre vie ? Quel impact pouvez-vous avoir envers ceux qui sont près de vous ?

Le véritable sens de Noël ce n’est pas moi. Ce sont les autres. Jésus n’est pas venu pour lui, mais pour nous. Nos attentes ne doivent pas être envers les autres, mais envers nous-mêmes. Comment puis-je transmettre l’amour ? Comment puis-je répondre à un besoin ? Comment dois-me me comporter avec mes enfants ? Avec ma famille ? Comment puis-je, de façon tangible, répandre l’amour autour de moi ?

Le vrai christianisme ne se manifeste pas à l’église en levant les bras, mais dans la vie de tous les jours en étendant les bras.

Cette année, sauvez, récupérez et redonnez à Noël son vrai sens. Le sens que Jésus lui-même voudrait. Soyez chrétien à chaque instant et surtout dans vos fêtes de famille. Si parfois, il y a de la tension, apportez la paix. Si parfois, il y a de la déception, apportez l’amour. Si parfois, il y a quelqu’un d’oublié apportez votre présence. Posez des petits gestes qui portent, même si parfois ils peuvent passer inaperçus et n’attendez rien en retour!

3 réponses
  1. Lyse
    Lyse dit :

    Excellent article que je partagerai avec famille et amis.
    Et heureuse de voir que je n’étais pas la seule à penser la même chose pour les Redemption Center aux USA…!

  2. mouchia
    mouchia dit :

    Merci pour ce message très enrichissant que je partagerai avec mes proches. Souhaite de vives voix mettre en pratique. Merci pour tout.

  3. Gedeon
    Gedeon dit :

    Merci pour cette excellente reflexion. Merci aussi de jouer votre part en nous nous invitant a rester attaches au vrai sens de Noel. J’en conviens que l’Eglise doit mettre ce temps a part pour dire merci a Dieu pour ce cadeau inestimable qu’est Jesus. Les chretiens aussi se doivent de vivre Noel en guise de temoignage pour ce monde en detresse.
    Joyeux Noel

Les commentaires sont fermés.