Voici 5 raisons de ne pas s’inquiéter !

Ils nous arrivent tous de nous inquiéter. Malheureusement, les inquiétudes nous emprisonnent dans le labyrinthe de nos pensées et de nos émotions et ne nous aident pas à résoudre nos problèmes. Alors, pourquoi s’inquiéter ?

Ce que j’aime de la vie et du ministère de Jésus, c’est qu’il a abordé, de façon pertinente, non seulement les grandes questions de la vie et de l’existence, mais aussi les questions courantes de la vie de tous les jours. Dans les chapitres 5,6, 7 de l’évangile de Matthieu, nous trouvons le sermon le plus célèbre de Jésus, celui qu’on appelle le sermon sur la montagne. Dans cette grande fresque oratoire, Jésus aborde une multitude de sujets comme le bonheur, la vie spirituelle, les relations humaines et, au chapitre 6 du verset 25 à 34, la question des inquiétudes.

Nous trouvons dans ces 9 versets (repris dans l’évangile de Luc au chapitre 7), les conseils judicieux de Jésus sur le sujet. Celui-ci nous rappelle à l’ordre, simplement en disant : « C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus… ? »

Je me suis interrogé sur l’expression « C’est pourquoi ? ». Pourquoi Jésus commence-t-il par cette expression. La seule façon d’y répondre est de revenir au verset précédent qui nous met en contexte :

« Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. » Matthieu 6 : 24

Il est intéressant de découvrir que ce Mammon, est le symbole de la richesse, de la recherche des biens matériels et de l’avarice. N’est-il pas vrai que la préoccupation majeure de nos pauvres esprits concerne l’argent et la sécurité matérielle. C’est dans cet aspect précis que se loge et s’enracine notre insécurité et par le fait même nos inquiétudes. Mais Jésus nous encourage à ne pas nous inquiéter. Pourquoi ? Parce que…

1- Les inquiétudes nous détournent du vrai sens de la vie

Jésus a dit : « La vie est plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement ». Évidemment, nous avons besoin de manger et nous avons besoin de nous vêtir (surtout ici au Canada). Le problème n’est pas dans la légitimité de ces choses. Dieu le reconnait. Le problème est dans les inquiétudes, dans les tourments que celles-ci nous occasionnent.

« La peur des problèmes cause plus de problèmes que les problèmes en eux-mêmes. »

Il est étonnant de découvrir qu’une bonne partie de l’économie de nos sociétés tourne autour de ces 2 pôles : l’alimentation et la mode. Nous devrions dire l’industrie de l’alimentation et l’industrie de la mode. Ce qui nous amène parfois à observer que malheureusement :

  • La nourriture est plus que la vie. Tout thérapeute sait que le rapport à la nourriture met en lumière les besoins affectifs de la personne. Les gens mangent parce qu’ils ont besoin d’amour, parce qu’ils se sentent seuls. Ils mangent leurs émotions littéralement. La nourriture est devenue un symbole d’obsession : il faut que je mange (boulimie) ou il ne faut pas que je mange (anorexie).*
  • Le vêtement est plus que le corps. Les gens mettent l’emphase davantage sur l’apparence que sur le besoin réel : Paraître devient plus important qu’être. Cela démontre la profonde fragilité de leur estime d’eux-mêmes et de leur confiance en soi.

« Les gens s’imaginent qu’à force de paraitre, ils vont finir par être »

2- Les inquiétudes n’augmentent en rien la durée et la qualité de notre vie

Jésus a dit : “Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ?” Les inquiétudes rongent, usent une personne et ont un effet direct sur la qualité de sa vie intérieure et de ses relations avec les autres. Combien de temps perdu à se morfondre et à se stresser pour des choses qui n’arrivent, la plupart du temps, jamais. Nous nous inquiétons pour les fins de mois, pour nos enfants, pour nos relations, pour l’avenir sans que cela change quoi que ce soit. J’aimerais dire, sans ironie, que les inquiétudes raccourcissent la vie.

« Préoccupez-vous un peu chaque jour et tout au long de la vie, vous perdrez ainsi quelques années. Si quelque chose ne va pas, réglez tout si vous le pouvez. Mais ne vous inquiétez pas parce l’inquiétude ne règle jamais rien. » Mary Hemingway

3- Les inquiétudes dénotent notre manque de foi

Jésus interpelle son auditoire en leur démontrant que Dieu prend soin de sa création et en insistant sur le fait qu’à plus forte raison, il s’occuperait de nous (le summum de sa création). Il les interpelle en mettant en lumière leur manque de foi. “Gens de peu de foi” leur dit-il. Voilà justement ce que nous démontrent les inquiétudes : notre difficulté à faire confiance à Dieu. Nous regardons aux circonstances, aux personnes, aux événements qui surviennent, aux mauvaises nouvelles que les médias font tourner en boucle et nous perdons de vue Dieu. Nos inquiétudes masquent notre vision de Dieu comme les nuages couvrant le ciel dissimulent le soleil.

« Quand je regarde en arrière à toutes ces inquiétudes, je me souviens de l’histoire du vieil homme qui, sur son lit de mort, a avoué qu’il avait eu beaucoup d’ennuis dans sa vie, dont la plupart n’étaient jamais arrivées. » Winston Churchill

4- … indique notre manque de maturité spirituelle

De façon provocante, Jésus dit : “Toutes ces choses, les païens s’en préoccupent sans cesse. Mais votre Père, qui est aux cieux, sait que vous en avez besoin.” Il démontre que la véritable vie du croyant est différente de celle des non-croyants. J’ai passé l’entièreté de ma vie adulte à œuvrer auprès des croyants. Dans leurs luttes et leurs combats, dans leur confusion ou leur découragement, à chaque fois, je les encourage à vivre leur vie chrétiennement. Le christianisme est sans force et sans effet s’il ne se vit pas. Ce n’est pas le dimanche que l’on reconnait le véritable chrétien, mais tous les autres jours de la semaine. À l’église, nous sommes dans un environnement protégé, aseptisé. Là n’est pas le reflet de la vraie vie. Les enjeux de la vie se manifestent à la sortie de l’église. C’est dans les combats de tous les jours que nous grandissons et que notre vie spirituelle s’affine et que nous nous différencions de ceux qui ne connaissent pas Dieu.

5- … ne change strictement rien à notre condition

L’inquiétude est une réaction passive. Elle cherche à résoudre ce qui n’est pas à sa portée. Lorsque nous nous inquiétons, c’est notre imagination qui entre en jeu, brossant des scénarios plus catastrophiques les uns que les autres. Jésus disait : “Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste ?” Luc 12:26. Si vous avez à faire à un problème qu’il est possible de le résoudre et bien, vous n’avez pas à vous inquiéter. Et si vous ne pouvez pas le résoudre, les inquiétudes ne vous aideront pas à le résoudre.

« Les seuls problèmes impossibles à résoudre, ce sont les problèmes imaginaires ! »

Ce qui alimente nos inquiétudes est, plus que tout, notre impuissance et notre perte de contrôle. Les choses ne se passent pas comme nous le voudrions. On voudrait contrôler nos enfants et faire en sorte qu’ils soient ce que nous voudrions qu’ils soient et qu’ils fassent ce que nous voudrions qu’ils fassent. Au lieu de faire confiance à Dieu, on essaie de les contrôler. En d’autres occasions, ce sont les événements qui surviennent. On s’inquiète de l’avenir, de notre santé, pour notre travail. Si vous cherchez des occasions de vous inquiéter, la vie vous en fournira abondamment. Rien n’est parfait.

Au moment où vous terminez de lire ce texte, prenez la ferme résolution de faire confiance à Dieu en toute chose. Dans les grands besoins autant que les petits. Je sais que la vie n’est pas facile et je comprends qu’il est difficile de ne pas s’inquiéter. Mais la vie chrétienne est indissociable de la vie de foi. La bible ne dit-elle pas : « Le juste vivra par la foi » (Romains 1 : 17). La foi est un mode de vie. La foi n’est pas seulement une mesure d’urgence à utiliser quand tout va mal. C’est quelque chose à cultiver à chaque instant. Commencez donc dès à présent.

En ce moment même, prenez quelques instants pour remettre vos préoccupations entre les mains de Dieu. Dites-lui ce que vous vivez et ce qui vous tracasse. Exprimez-Lui vos peurs en toute honnêteté. Soyez vrais et francs devant lui. Comme quand vous vous confiez à un ami, ou à une personne importante pour vous, confiez-vous à votre Dieu, car lui seul peut comprendre vos souffrances et vos ressentiments… Sachez qu’il vous aime, vous êtes précieux à ses yeux et qu’il ne veut que votre bien-être et bonheur.

« Seigneur, tu vois mes inquiétudes. Tu vois comment ce que je vis m’obsède au point de me faire perdre ma joie et de mettre en doute ma confiance en toi. J’ai peur de…(nommer vos peurs) . Maintenant, je remets tout entre tes mains parce que je sais que tu es plus grand et plus puissant que moi. Alors, je choisis de te faire confiance et je mets ma foi en toi entièrement! »

5 réponses
  1. Malika dit :

    Qu’il est bon de se le faire rappeler…tout comme les gros cailloux le gravier et le sable du bocal…

    Merci Pasteur pour vos riches enseignements très motivant.
    Soyez béni.
    Merci

    Répondre
  2. Sarah dit :

    Merci beaucoup! Ce message m’a touchée.. Merci Jésus car je te remets toutes mes inquiétudes et tu me donnes la victoire sur celles-ci, Jésus j’ai foi en toi!

    Répondre
  3. Cathy J. dit :

    Merci pour ce texte et pour tous ceux que j’ai lu sur votre site : c’est extrêmement précis, concret et terriblement efficace pour retrouver le calme et la confiance en soi et surtout en Dieu ! Soyez béni pour votre impact et vos paroles percutantes, un régal !

    Répondre
  4. Bled dit :

    Merci infiniment Cher Ami Richard , ce message va au delà du simple cadre d’une prédication. Il touche notre vécu quotidien. Il m’enseigne à faire confiance au Seigneur Jésus-Christ.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *