« Ne vous inquiétez de rien ! » Plus facile à dire qu’à faire dans ces temps particulièrement difficiles ! Alors, comment mettre en pratique un conseil qui semble impossible devant des problèmes qui semblent insurmontables ?

Le conseil de Jésus semble irréaliste. Il nous dit de ne pas nous inquiéter. Mais soyons honnêtes! Nous nous en faisons trop souvent pour tout et pour rien. Le sens de l’inquiétude dont fait mention ce texte n’adresse pas tant toutes les petites préoccupations qui jalonnent nos journées, mais davantage nos sources d’anxiété. Vous conviendrez qu’il y a une différence d’intensité entre être inquiet et être anxieux. On a appelé le XXe siècle, le siècle de l’anxiété. Pouvons-nous dire que les choses se sont améliorées dans le présent siècle ? Évidemment non.

Il semble qu’en ce moment même les bases stables de nos sociétés soient ébranlées par cette pandémie mondiale.

  • Qu’est-ce qui va nous arriver?
  • Quel est l’avenir qui se dessine pour chacun de nous?
  • Qu’adviendra-t’il de nos emplois? De l’économie?
  • Combien de temps cela va durer?

Il y a évidemment de quoi être anxieux.

Mais, lorsque l’on s’arrête sur les paroles de Jésus, nous découvrons des alternatives pour nous aider à mieux faire face à tout ce qui nous inquiète et nous rend anxieux. Prenez le temps de revoir l’article « 5 raisons de ne pas s’inquiéter » pour comprendre l’inutilité de nos inquiétudes.

Voici donc 5 petits conseils tirés des enseignements de Jésus sur les inquiétudes (Matt. 6/24-34) :

1- Regardez à la création et à la nature : Dieu prend soin de sa création !

 « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers… Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. » [Mat 6:26-28]

L’effervescence et le stress de la vie moderne nous amènent à perdre de vue certaines des réalités que je qualifie de « spirituelles ». Nous nous retrouvons trop souvent dans une course effrénée où le stress nous submerge. Nous n’avons pas beaucoup le temps ou nous ne prenons pas le temps pour nous arrêter et faire le point. Dans ce texte, c’est comme si Jésus nous disait : « Ho!, stop ! Arrêtez-vous un peu… » Il ajoute : « Regardez… Considérez… » Et il nous ramène ainsi à la nature et à la beauté de la création. Il est fascinant d’observer que la nature n’est pas du tout stressée et, au contraire, d’elle émane la paix et l’harmonie.

Bien souvent, dans mes voyages, je suis exposé à la beauté de la nature et de ses paysages. Je pense à l’île de la Réunion où j’étais il y quelques mois. Cette île est magnifique et étonnante dans sa diversité : son volcan, sa nature luxuriante, ses cirques naturels et à ses couchers de soleil qui semblent fondre dans l’océan indien. Je pense au Canada, à ses forêts immenses, à la multitude de ses lacs et à ses saisons bien démarquées. À chaque fois, je rends gloire à Dieu pour sa création et la nature.

Pourquoi toute cette beauté ? Cette diversité ? Lorsque j’étais en Martinique,  quelqu’un m’a dit qu’il y avait 120 variétés de bananes dans cette île. Pour valider cette information, j’ai fait quelques recherches pour découvrir qu’il y aurait plus de 1000 variétés à travers le monde. Tout cela pourquoi ? En fait, tout cela pour qui ? POUR NOUS.

Le Dieu créateur nous offre la nature comme lieu de détente et de pause. Lorsque l’on s’y arrête, notre esprit se calme et nos perceptions se renouvellent et nous remettons tout dans une juste perspective.

Nous avons besoin de trouver Dieu. Il ne peut pas être trouvé dans le bruit et l’agitation. Dieu est l’ami du silence. Regardez comme la nature, les arbres, les fleurs, l’herbe croissent en silence. Regardez les étoiles, la lune, le soleil. Ils bougent en silence. Nous avons besoin de silence pour toucher des âmes. — Mère Thérèsa

2- Réalisez votre place dans la création : Dieu se soucie de vous !

« Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? » [Mat 6:26]

Malgré la splendeur et la beauté de la création, ce que Dieu considère de plus précieux dans toute sa création, c’est vous et moi. Il est difficile d’être pleinement conscient de notre valeur aux yeux de Dieu. Dieu n’a pas envoyé son Fils pour les oiseaux, les animaux et le reste de sa création, mais pour nous. Nous sommes le summum de sa création et sa priorité suprême. Malheureusement, lorsque nous nous inquiétons, nous perdons de vue son souci pour nous, parce que nous avons tendance à nous retourner sur nous-mêmes et à plonger la tête dans ce qui nous angoisse au point de perdre de vue ce que nous sommes pour Lui et qu’Il est là pour nous. Dieu se soucie de vous !

3- Reconnaissez qui est Dieu et ce qu’il désire : Dieu prend soin de vous !

Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les non-croyants qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. [Mat 6:31-32]

Le christianisme se différencie des autres religions sur plusieurs aspects. Dans la plupart des autres religions, l’homme est à la recherche de Dieu par des efforts et des moyens de l’apaiser ou de le satisfaire afin d’éviter une certaine infortune. Dans le christianisme, Dieu est la recherche de l’homme et du moyen de le sauver et de le bénir. Voilà pourquoi, Jésus rassure son auditoire en mentionnant que si Dieu prend soin des oiseaux ou revêt l’herbe des champs à combien plus forte raison, prendra-t-il soin de chacun d’eux. Dieu nous rassure donc quant à son désir de répondre à nos besoins. Évidemment, il y a une profonde différence entre besoin et désir. Illusoire est l’idée de croire que Dieu répondra à tous nos caprices. Ne vous laissez donc pas envouter par tous ceux qui prêchent un évangile magique qui vous promet d’être riche. Une large part de déception chez beaucoup de croyants réside justement dans les attentes irréalistes que certains ont semé en eux.

Cependant, ayez pleine confiance que Dieu saura assurer une réponse satisfaisante à vos besoins réels. Il ne vous laissera pas tomber. Ne doutez pas de lui, ni de son amour, ni de son souci pour vous. Je vous le dis avec l’assurance et la conviction de quelqu’un qui marche avec lui depuis plus de 45 ans.

« La foi, ce n’est pas de croire que Dieu va nous donner tout ce que nous voulons, mais la certitude qu’il va faire tout ce qu’il faut pour combler nos besoins. »

4- Revenez aux vraies priorités de la vie [6-33]

Cherchez plutôt le royaume de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume.

Il est facile de nous dévier de nos priorités en particulier à notre époque. Nous sommes sollicités de toutes parts par un flot d’informations. Celles-ci nous submergent à un point tel que nous ne savons souvent plus où donner de la tête.

Avez-vous observé les enfants ? Ils ne s’inquiètent pas. Ils ne se disent pas : « J’espère que mes parents vont me nourrir aujourd’hui. » Ils vivent dans une certaine insouciance me direz-vous. Effectivement, meurent-ils de faim pour autant ? Bien sûr que non puisque des parents attentionnés veillent sur eux. Comme Dieu avec nous.

Au lieu de nous inquiéter, Jésus nous encourage à chercher le royaume de Dieu. Cela signifie qu’au lieu de se préoccuper des choses matérielles, il faut se concentrer sur les choses spirituelles. Il dit. « Cherchez plutôt ». Au lieu de vous inquiéter… cherchez plutôt!  Il s’agit de déployer notre énergie à la bonne place. Au lieu de la gaspiller sur les inquiétudes qui ne changent rien, il faut canaliser nos efforts sur des priorités qui importent.

5- Revoyez votre conception du futur [6 : 34]

« Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. »

Jésus dit : «Le lendemain aura soin de lui-même. » Drôle d’expression n’est-ce pas ? Le lendemain n’est pas une personne. Comment peut-il prendre soin de lui-même ? En fait, le futur ou l’avenir fait partie de la conception que nous avons, nous les humains, du temps. Comme le passé et le présent. Avant toute chose, ce sont des notions. Le dictionnaire décrit le futur comme l’ensemble des possibilités qui n’existent pas encore. Demain n’est pas là ! Vous et moi n’avons aucun pouvoir face à ce qui peut arriver demain. On peut présumer, imaginer, élaborer des scénarios possibles ou probables. Mais c’est tout.

Le problème est que dans les temps d’incertitude ou de crise, nous élaborons des scénarios pessimistes, parfois catastrophiques. Ceux-ci ne font qu’amplifier nos craintes et nourrir nos doutes. Ce sur quoi nous avons un certain contrôle est le temps présent. Voilà pourquoi Jésus a dit : « À chaque jour suffit sa peine ! ». Consacrons nos énergies à bien vivre aujourd’hui. Ne passons pas à côté du présent par crainte du futur !

« Vivez dans le présent, souvenez-vous du passé et ne craignez pas l’avenir, car il n’existe pas. Il n’y a que maintenant qui importe ! »

LES SOLUTIONS POUR LA VIE!


Une toute nouvelle formation de plus de 30 vidéos offerte gracieusement par Denis Morissette par ces temps difficiles.