Prenez-vous le temps de vivre ?

Parfois, nous courrons éperdument à gauche et à droite cherchant désespérément ce qui pourrait combler nos âmes languissantes et remplir le vide de nos vies.

On a demandé un jour à une classe d’enfants, qu’elles étaient les 7 merveilles du monde actuel. Le débat fut animé, mais le consensus se fit auteur des œuvres suivantes :

1) Les pyramides d’Égypte; 2) Le Taj Mahal; 3) Le Grand Canyon; 4) La grande muraille de Chine; 5) Le canal de Panama; 6) La Basilique St-Pierre à Rome; 7) L’Empire State Building à NY.

Le professeur remarqua qu’une élève était toujours affublée à la tâche de faire sa liste. La jeune fille hésita et finit par partager ce qu’elle considérait comme ses choix. Voici les 7 merveilles du monde, dit-elle : voir, entendre, toucher, goûter, sentir, rire et aimer. Un silence se fit sentir dans la classe. On pouvait entendre une mouche volée…
Cette simple anecdote nous rappelle à l’ordre dans nos priorités. Ces choses qui sont importantes et de grande valeur ne peuvent ni être construites par l’homme ni achetées. Elles sont souvent si près de nous que nous n’arrivons pas à les voir et elles passent ainsi inaperçues comme cachées à notre regard. L’effervescence de la vie, les soucis et les contraintes nous masquent ces réalités comme un écran de fumée. Elles ne peuvent être appréciées que dans la mesure où nous prenons le temps de nous arrêter, d’être conscient et présent. Pleinement présent surtout auprès des nôtres pour aimer, pour rire, pour vivre.

2 grandes erreurs

1) On s’investit trop dans les choses de moindre importance :

Regardez à la façon dont vous gérez votre temps et vos énergies. Par exemple, combien d’heures perdues sur Internet, sur Facebook à tourner les pages et cherchant à découvrir ce qui se passe dans la vie des autres ? Combien d’heures perdues sur Candie Crush et tous les jeux et applications de votre téléphone intelligent ? Dites-moi qu’est-ce que cela vous rapporte ? La détente ? Vraiment ? Pensez-y et surtout réfléchissez à tout ce que vous auriez pu faire de plus constructif pour votre propre vie et pour celle des autres et avec une satisfaction inégalée. Rappelez-vous que les outils technologiques devaient nous permettre de gagner du temps, mais plus on y réfléchit plus on réalise qu’ils nous en font perdre.
Arrêtons et disons stop à tout cela ! Prenons notre vie en main et soyons actifs. Sortons de notre petit confort et œuvrons pour les uns et les autres. Il y a de la souffrance autour de nous. Un ami ou une amie qui passe par la maladie, un couple en difficulté aux prises avec un enfant handicapé ou atteint de cancer, un foyer en détresse financière, un ami ou une amie en recherche d’identité… un voisin seul et abandonné… tellement de cas désespérés autour de nous et qui ont besoin d’une écoute, d’une aide, d’un soutien, d’un encouragement, d’une action. Voilà ce que nous devions faire en priorité.

2) On ne s’investit trop peu dans les choses de grande importance :

Jésus a dit : « Que profitera-t-il à un homme s’il gagne le monde entier, et qu’il fasse la perte de son âme ? ». Notre âme est ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes. C’est l’essence de notre être. C’est notre vrai moi. Notre identité. Mais trop souvent, nous nous perdons dans des quêtes insensées, obsessives, matérialistes. Vraisemblablement, rien de matériel ne peut combler ce qui est spirituel. Notre âme trouve son épanouissement et sa satisfaction dans les relations : avec Dieu, avec soi-même et avec les autres. C’est là que réside le vrai bien-être et que se vit la vraie vie!
Spirituellement, notre plus grande satisfaction prend sa source dans notre relation avec Dieu. Remarquez que je ne dis pas dans la religion, les traditions ou les rituels. Ceux-ci nous laissent vides. C’est dans les moments où assoiffés, nous entrons en communion avec lui et que ressentons sa présence douce et sécurisante que notre soif est étanchée. Dans ces moments, nous sommes profondément comblés, remplis et tout ce qui nous entoure devient nettement secondaire.

Et puis, notre bien-être et cette sensation de vie se consolident dans notre relation avec nous-mêmes. Lorsque nous apprenons à nous découvrir et à découvrir nos dons, nos talents et les capacités que Dieu nous a données, nous pouvons reprendre confiance en nos possibilités. Ensuite, lorsque nous utilisons ce que nous avons reçu pour le bien-être commun, notre bien-être s’en trouve décuplé.

« Dieu nous a donné plus de quatorze milliards de cellules et de connexions dans notre cerveau. Pourquoi Dieu voudrait-il nous donner un système si complexe à moins qu’Il ne s’attende à ce que nous l’utilisions? » Dr Ben Carson

Enfin, notre épanouissement est assuré par la qualité de nos relations. Malheureusement, nous négligeons ce domaine si important de nos vies. Quand je regarde à cette humanité qui nous entoure, j’observe deux drames. Le premier est celui de la solitude et de l’isolement. Je suis toujours renversé par la douloureuse réalité suivante : plein de gens n’ont personne de significatif dans leur vie avec qui parler, partager ou rêver.

Mais, il y a un second drame qui parfois m’apparait bien pire que le premier. Il s’agit de celui de tous ceux et celles qui, bien qu’entourés par des gens qui les aiment, prennent pour acquis ces personnes, les négligent et parfois les abusent. Cela se voit dans les mariages, dans les relations parents enfants et parfois dans les amitiés. Leur façon de mal traiter leurs proches n’est qu’en fait la démonstration de leur propre mal de vivre.

D’un autre côté, il est vrai quelques fois que même dans nos relations avec les autres, nous attendons beaucoup de ces personnes et sommes déçues quand nous ne recevons rien en retour par leur ignorance, leur indifférence. Alors qu’autour de nous, il y a d’autres personnes qui ont tellement besoin de notre attention, de notre présence et de notre regard.

Nous sommes trop souvent attirés par les personnes qui nous repoussent et détachés des personnes qui ont besoin de nous.

Prenez une pause au moment même où vous lisez ces quelques lignes et dites à Dieu : « Seigneur, toi qui est l’auteur de la Vie, j’ai besoin que tu m’aides à garder mes priorités et à investir mon temps et mes énergies dans les choses qui importent comme ma relation avec toi, avec moi-même et avec les autres qui m’entourent. Ouvre mes yeux afin que je voie les besoins autour de moi et que je m’y investisse. Aide-moi à ne pas perdre de vue que la vie est courte et que je dois en tirer le maximum dans le moment présent! »

« La vraie satisfaction ne s’atteint pas par la gratification de soi, mais par la fidélité à quelque chose qui en vaut la peine ! » Helen Keller


AIDEZ-VOUS À RÉUSSIR

POUR UN SÉRIEUX AVANTAGE SUR LA VIE
Recevez des articles précieux directement dans votre boîte courriel.